mercredi 24 mai 2017

Un panneau stationnement interdit sauf livraison... d'abeilles.

 Lundi, appel de la mairie du Havre : un essaim est logé sur la voie publique entre la gare et la CPAM.
Au moment où j'arrive c'est le calme plat, personne n'a remarqué ce superbe essaim qui s'étale sur le panneau stationnement interdit sauf livraison. Sortie d'échelle, de la plume et de ma pelle pour cueillir petit à petit des morceaux de grappe jusqu'à espérer trouver le Graal, Mum... Seule ou non, vierge ou expérimentée ? L'observation du comportement des abeilles nous l'indiquera surement.





Les allées et venues se succèdent et elles acceptent sans rechigner le confort du cueille-essaim, jusqu'à ce qu'un dernier doux ramassage montre à l'évidence la présence de la grande dame. Une fois rentrée elle aussi, toutes les SDF ont rappliqué à l'appel des sœurs et des demi-sœurs.





 Aujourd'hui enruchées en Warré chez un ami, membre du réseau, elles vont cohabiter avec des poulettes et profiter d'un superbe espace en maraichage raisonné. Les voila devenues les nouvelles auxiliaires des jardiniers permaculteurs.
 

mardi 23 mai 2017

Petit deviendra grand...

Samedi en pleine journée d'initiation à l'apiculture naturelle, je reçois un appel pour un essaim logé depuis trois jours au pied d'un sapin. Ces derniers jours ont été froid et pluvieux, cela a peut-être participé de la toute petite taille de l'essaim que nous sommes allés récupérés trois stagiaires et moi. 






L'essaim a été logé dans un nichoir d'observation qui parait bien grand au vue de ce petit bébé qui nous lui souhaitons deviendra grand et fort. J'ai effectué un nourrissement de survie, sans cela ses chances auraient été trop faibles, aujourd'hui ça pète le feu au trou de vol. Bees&love.

Vous avez dit "Capte-essaim" ?

Il y a quelques jours après avoir fait quelques repérages géobiologiques j'ai disposé quelques ruches pièges et cueille-essaim à des endroits prometteurs. Le "capte-essaim" est la résultante de cette combinaison. Surprise,  ce dimanche un magnifique essaim m'attendait sur le poteau Kanak du jardin.








Ce très bel essaim occupe aujourd'hui une ruche horizontale dans un très bel environnement qui conviendra parfaitement à ses besoins.

Vous sortez l'essaim nu ? pourquoi pas...

La saison de reproduction des abeilles bat son plein...En avant l'essaimage naturel...La semaine dernière, appel sur Aplemont d'une retraitée qui me contacte afin d'enlever l'essaim qu'elle croyait avoir été attiré par son gîte à insectes. Plutôt un premier post avant la nidification finale. Un grand merci à cette dame qui était heureuse d'apprendre que "c/ses" abeilles viendraient habiter une ruche naturelle de l'un des membres du réseau.




Aujourd'hui enruchées dans une ruche horizontale en mélèze, les abeilles profitent d'un superbe et vaste site arboré et protégé.

mardi 9 mai 2017

Merci les pompiers !!!!

Jeudi 27 avril, premier appel pour la récupération d'un essaim. Logé sur un grand cytise en pleine floraison sa récupération à plus de 5 m s'est avérée un peu anxiogène pour moi, le vide étant une difficulté pour laquelle je dois vraiment prendre sur moi. Du coup, ayant de gentils chevaliers servants à mes côtés, les pompiers, je les ai guidé et la récupération s'est faite sans aucun souci sur une échelle et à bout de bras. Au regard des températures extrêmement froides pour la saison et avec une grappe visiblement en souffrance (elles mourraient en s'en détachant), je n'ai pas hésité à conclure qu'il y avait nécessité à nourrir pour sa survie. Aujourd'hui, elles pètent le feu bien installées dans ma dernière Warré en cèdre et mélèze.

Cinq jours plus tard, appels de mes mêmes amis pompiers pour un autre essaim logé à 50 cm de l'endroit du premier. Ce ne peut pas être un hasard, il faut admettre que les abeilles sont exceptionnellement efficaces et qu'on ne pourra jamais affirmer tout comprendre de leurs comportements. Bref, cette fois encore mon ennemi : le vide, qui s'impose à peut-être 6 m. Mais News ultra-méga-top-moumoutte mes "amis les pompiers" me fournissent un carrosse escamotable et téléguidé, une nacelle.
Et là, yoùhou !!!  plus aucune peur de tomber... que le bonheur d'être en contact avec la grappe d'abeilles qui attend avec patience le retour des exploratrices qui sauront la convaincre du prochain départ pour l'Eldorado des abeilles. Pourtant j'ai contrarié ce dessein et invité de 2/3 francs balancements de branche mes chounettes à s’embarquer pour un petit voyage en voiture dans un carton aéré.

Objectif de la mission, les loger dans l'énorme arbre creux, un Hêtre,  récemment installé et préparé de croisillons et de 3 trous de vols au jardin du rucher conservatoire et pédagogique de Gromesnil. J'ai également du les nourrir car vents, températures extrêmement basses ne permettent pas qu'elles sortent, ceci pour de manière évidente une très faible mise à disposition du nectar par les plantes. Tout devrait s'arranger après" les saintes glaces". Là l'harmonie sera de nouveau rétablit avec la nature.








Les séniors au rucher/jardin d'Apis Natura

La semaine passée nous avons eut la joie et l'honneur de partager un moment délicieux et convivial avec les séniors du CCAS d'Yvetot. Une dizaine de personnes a apprécié découvrir les constructions naturelles des abeilles, observer les planches d'envol et distinguer les strates de vol. Ce sont étonnées de voir les abeilles si affairées à collecter l'eau pour le travail des bouillies larvaires, ont tenté de décrypter les différents comportements au trou de vol et ont posées tout un tas de questions pertinentes pour terminer sur une dégustation de miels naturels du rucher. Un super moment partagé, à renouveler avec grand plaisir.







lundi 24 avril 2017

En visite sur le 3è festival de l'abeille près de Paris

Apis Natura s'est rendue samedi dernier sur le "3è festival de l'abeille et de la biodiversité urbaine" organisée par l'association : Les butineurs de Val de Bièvre. 
Une visite dans l'ensemble très enrichissante ponctuée de rencontres qui je l'espère permettrons l'émergence de projets ou d'évènements co-créatifs pourquoi pas ?

Parmi ces rencontres Céline Locqueville et Alain Richard du "jardin des petites ruches", cela fait du bien de rencontrer des personnes simples, authentiques et sincères qui n'ont pour projet que d'être en paix et en harmonie avec la vie, merci pour leurs témoignages et l'intéressant diaporama plein d'espoir et de confiance en le sauvage.


 Une autre rencontre a marqué cette journée, celle avec Valérie Boudier qui a une proposition dynamique et innovante tant sur la Sunhive que sur la ruche cathédrale (une évolution de la ruche horizontale), merci à elle pour son engagement auprès de nos alliées.
Les conférences, débats et tables rondes ont été très riche, j'ai particulièrement apprécié les interventions de Vincent Albouy et Guillaume Lemoine qui ont pu apporter un éclairage pertinent sur l'engouement croissant des ruches situées sur Paris (principalement installées par des entreprises profitant du "Bee-Washing") ainsi une surdensité d'abeilles mellifères qui déséquilibre l’écosystème (plus de 6 colonies au km2 à ce jour). Impact majeur sur la ressource, sur l'entomofaune et qui profite à des espèces florales invasives entre autres....

La journée était ponctuée d'une visite du rucher, l'encadrant sympathique et pédagogue a grandement satisfait la curiosité des promeneurs. Petite tache au tableau j'ai déploré constater la présence de cadres dans la Warré visitée, un non sens pour moi. 



 En conclusion, un grand merci à toute l'équipe de Dan Failler et des Butineurs de la bièvre pour cette très belle journée qui a le mérite de réunir les curieux de nature de tous bords.